fbpx

Prévenir et soigner un burnout

Posted on Juin 26, 2020 in Formations, Formations, Newsletter, Santé

Prévenir et soigner un burnout

Professionnel, familial, maternel, parental… le burnout peut prendre différentes formes et surtout, peut atteindre tout le monde de manière lente et insidieuse. Plus vite, il est diagnostiqué, plus vite, il peut être combattu.

Tant dans la sphère privée que professionnelle, on est tous amené à traverser des périodes plus difficiles, plus stressantes, plus fatigantes… mais celles-ci sont généralement de courte durée et peuvent même avoir des effets bénéfiques, stimulants. Mais il arrive aussi qu’elles durent plus longtemps, trop longtemps… Et là, le burnout guette. Ce syndrome trouve son origine dans un stress chronique et amène à un épuisement complet, physique, émotionnel, mental. Une bonne nouvelle toutefois : le syndrome connaît différents stades d’évolution et plus tôt il est diagnostiqué, plus vite il peut être combattu. Il est donc primordial d’être attentif aux signaux que le corps envoie. Le burnout est en effet considéré par de nombreux professionnels comme une réaction violente de ce dernier et de notre esprit, qui lancent un grand STOP, qui font comprendre que les limites ont été franchies.

A quels signes doit-on être attentif ?

La confusion est courante entre le surmenage et le burnout. Le premier est généralement de durée relativement courte. On se sent fatigué, irritable, dépassé certes, mais c’est souvent lié à une période de stress : un gros défi à relever dans le cadre du travail, un changement à gérer dans le cadre privé, une période inhabituelle à traverser… Mais il est aussi un signe avant-coureur du burnout. Il s’agit donc de s’inquiéter s’il dure plus de six mois et surtout, si d’autres symptômes apparaissent. Dans ce cas, il est possible que le burnout vous guette.

Parmi les symptômes courants du burnout, on trouve une sensation d’épuisement généralisée, une perte de confiance en soi et de motivation et une bonne dose de cynisme (soudaine ou accrue). A quoi s’ajoutent d’autres signaux émotionnels et physiques : perte de concentration, de mémoire, accès de panique, irritabilité excessive, nervosité, agressivité, méfiance, douleurs musculaires, migraines, poussées de fièvre, perte de libido, vertiges, troubles intestinaux, hypertension, tachycardie…

Comment réagir ?

Attention, si vous présentez l’un et l’autre des symptômes précités, cela ne signifie pas nécessairement que vous souffrez de burnout. Il est néanmoins conseillé d’y prêter attention. La première chose à faire est… de les accepter. Le déni de ses émotions et douleurs ne fera qu’empirer les choses. Il est impératif de lever le pied, et de se recentrer sur soi. Pour cela, une aide extérieure est nécessaire. Il faut tout d’abord consulter son médecin traitant qui, le cas échéant, renverra vers un thérapeute spécialisé. Un burnout peut durer plusieurs mois, voire années, et il est important de se faire accompagner. Le thérapeute aidera la personne en souffrance à comprendre les causes de son effondrement, va identifier et décrypter avec elle ses mécanismes de fonctionnement et l’aider ensuite soit à les adapter, soit à les modifier. Différents outils peuvent être utilisés par le thérapeute : certains sont plus enclins au coaching, d’autres aux techniques de la PNL, d’autres encore à l’hypnose. Le but est de trouver la voie la mieux adaptée aux besoins et à la personnalité du patient.

Informations et inscription pour notre formation à visée thérapeutique ici