fbpx

La méditation, plus que de la relaxation

Posted on Sep 1, 2020 in Santé

La méditation, plus que de la relaxation

Très en vogue, la méditation reste encore pour beaucoup une méthode de relaxation. Différentes études scientifiques poussées, dont certaines réalisées en collaboration avec des méditants bouddhistes, ont démontré que cela allait bien au-delà…

Hobby bobo pour les uns, véritable discipline pour les autres, la méditation connaît un succès sans cesse croissant ; en attestent les multiples applications mobiles, sites dédiés et autres publications qui lui sont consacrées.  Mais de quoi s’agit exactement ? D’une manière générale, on parlera d’une pratique qui vise à atteindre le bien-être mental, en chassant les pensées ruminatoires négatives. C’est une discipline qui nécessite de la concentration, de la rigueur, de la régularité pour apprendre à  contrôler son esprit. Les écoles sont nombreuses, certaines s’appuient sur la respiration, d’autres sur la gestuelle, d’autres encore sur l’utilisation de mantras ou d’images mentales… Mais quelle que soit la voie adoptée, toutes semblent générer les mêmes effets : réduction du stress, meilleur sommeil, augmentation des capacités d’attention et de concentration, réduction des risques cardiovasuclaires, atténuation de douleurs… Du placébo ? Hum… Rien n’est moins sûr.

Observations sous IRM

Ces effets ont en tout cas attiré l’attention du monde scientifique et depuis une vingtaine d’années, les études se multiplient pour les confirmer ! Certaines ont ainsi menées dans différentes universités en collaboration avec des méditants bouddhistes (moines, laïques, occidentaux, orientaux, hommes et femmes), parmi lesquels le célèbre moine tibétain Matthieu Ricard. Lors d’études sous imagerie médicale, leur activité cérébrale a ainsi été observée. L’université du Wisconsin a ainsi pu démontrer que « des exercices intensifs de méditation permettaient de booster la création de nouvelles connexions neuronales, de soutenir l’attention et d’améliorer la vigilance cérébrale » (source : Interview du neuroscientifique Antoine Lutz, du Centre Inserm de neurosciences de Lyon, l’un des premiers à avoir mené des travaux d’imagerie sur le cerveau de moines bouddhistes, dans Cortex Mag).

Lutter contre le vieillissement et la dépression

Une autre étude, conduite par l’université de Davis, en Californie, a mis elle en avant – toujours à l’aide d’imagerie médicale (IRM) – que la méditation stimulerait les dendrites (le prolongement des neurones vers l’influx nerveux) et les synapses (l’interconnexion des neurones). Elle aussi démontré que la méditation influençait l’activité des télomérases, enzymes essentielles à la protection contre le vieillissement. Elle pourrait également atténuer les phénomènes d’inflammation.

Les effets ont parfois aussi été démontrés sans imageries. A Toronto, par exemple, les effets bénéfiques de la méditation sur la dépression ont été mis en lumière par des psychologues qui ont incité plusieurs patients chroniques à pratiquer pendant plusieurs mois des exercices de pleine conscience et constaté que le taux de rechute avait alors baissé de 40 % !

L’hôpital général du Massachussets a de son côté mené une étude sur une trentaine de patients, démontrant que la pratique régulière de la méditation avait favorisé la production de monoxyde d’azote, un gaz vasodilatateur bénéfique au rythme cardiaque.

Chaque année, les études se multiplient et tous les deux ans, se tient un symposium réunissant chercheurs, psychologues… mais aussi méditants pratiquants, visant à partager les connaissances de chacun. La méditation n’a certainement pas encore livré tous ses secrets. Mais suffisamment pour que l’on s’y intéresse de plus près et pourquoi pas, s’y essayer ?